Bâtisseurs recherchés

Témoignages


Josée Roy,
inspectrice de structures

Technicienne en travaux publics au ministère des Transports, Josée Roy vient de réaliser un rêve en faisant partie de l'équipe qui a inspecté, en 2012, le pont Laviolette à Trois-Rivières.

Son travail

Josée Roy poursuit une carrière hors du commun au ministère des Transports. Cette technicienne des travaux publics est inspectrice de structures à la Direction de la Mauricie–Centre-du-Québec. Son travail l'amène donc à s'assurer de la bonne condition des ponts et viaducs en allant les ausculter directement sur le terrain. C'est donc en effectuant des sorties en rappel que cette passionnée de plein air gagne sa vie.

« J'ai le plus bel emploi. »

Retenue à la structure par un solide harnais et munie de mousquetons et d'un marteau, elle arpente, en toute sécurité, les câbles et les poutres qui constituent le corps de ces mastodontes d'acier et de béton. Il n'est également pas rare de la voir dans une nacelle ou avec ses bottes de pêcheurs dans un ponceau, en train de poser un diagnostic, puisque certaines surfaces sont plus difficiles d'accès. Il lui faut ensuite compiler les données recueillies et analyser les résultats obtenus. Quand les conclusions soulèvent des doutes, elle élabore, sous les recommandations de son supérieur, des scénarios d'intervention afin de corriger la situation.

Sa motivation

Josée est visiblement fière de son métier. Pour occuper un poste comme le sien, il faut aimer coordonner plusieurs aspects d'un même projet, tels que la planification des coûts et les répercussions sur la communauté. Elle veille toujours à faire des choix bénéfiques pour l'environnement et l'organisation. Par exemple, lorsqu'elle planifie ses inspections, il lui importe de les regrouper dans un même secteur pour éviter des déplacements inutiles.

« Je crois en l'importance des petits gestes que l'on pose pour modifier les choses, pour faire la différence »

Avouant avoir un faible pour les inspections en escalade, elle insiste sur les nombreux avantages qui accompagnent sa fonction. « Être inspectrice de structures donne la chance de travailler en bonne partie à l'extérieur. Il faut également aimer travailler en équipe, ce qui est tout à fait mon cas. »

Son parcours

Josée a eu l'appel de la profession au cours de ses études collégiales en génie civil. Elle a entendu parler d'une ancienne élève qui faisait déjà carrière au sein du ministère des Transports. « Chanceuse! », s'est-elle exclamée au sujet de celle qui faisait son envie. Un an plus tard, elle se retrouvait en escalade sur un pont en train de vérifier sa solidité.

Son conseil

Une année complète de travail pour Josée peut représenter plus de 200 inspections de différentes natures. Et comme cette passionnée qui, depuis toujours, s'émerveille devant la complexité des structures, il était normal qu'elle trouve le bonheur dans son emploi au ministère des Transports!

« Quand vient le temps de choisir un métier, il faut faire quelque chose que l'on aime. Et il ne faut pas avoir peur du travail, car il n'en manque pas dans ce type de carrière! »
Fermer